Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Ruche de Lugaxelm

La Ruche de Lugaxelm

Apiculteur en ruche Warré. www.facebook.com/laruche.delugaxem www.facebook.com/labeille.marcquoise


Le Parlement européen au chevet des abeilles !

Publié par Lugaxelm sur 5 Avril 2014, 20:28pm

Catégories : #Articles de Presse

       Il y a urgence. Les abeilles se meurent. Et avec elles, la filière apicole très développée dans notre région. Le Parlement européen y a consacré ses travaux cette semaine à Bruxelles

 

          Elles sont petites les abeilles. Si petites. Minuscules même au regard des sommets de l'OTAN sur l'Ukraine, et Europe-Afrique, qui se tenaient cette semaine à Bruxelles. Le Parlement européen a pourtant consacré mardi et mercredi deux jours à étudier leur survie. Au milieu du ballet des hélicoptères et des convois blindés qui sillonnaient la capitale belge, le sujet pourrait paraître dérisoire. Il n'en est rien. C'est une partie de la biodiversité qui joue sa survie avec celle de l'abeille.

          Preuve de cette inquiétude, les plus grands spécialistes mondiaux se sont retrouvés au Parlement. La troisième semaine européenne de l'abeille et de la pollinisation a été ouverte par Gaston Franco, député européen des Alpes-Maritimes, qui s'est énormément investi sur le sujet. Le prince Albert II et sa Fondation étaient également à la tribune, pour tirer le signal d'alarme et apporter leur soutien. « L'année 2013 a été une année noire pour l'apiculture française. 2014 sera l'année de vérité », alerte Philippe Lecompte, apiculteur bio professionnel et président du Réseau biodiversité pour les abeilles.

 

Le Var, 1er département apicole français

 

           Dans notre région, le problème touche une filière extrêmement développée. Le Var, qui dispose d'une Indication géographique protégée (IGP) « Miel de Provence » est ainsi le premier département apicole de France avec ses 800 apiculteurs dont 40 à 45 professionnels. Le miel de lavande, le plus recherché, y a obtenu des récompenses en pagaille et bénéficie d'un label rouge. Les Alpes-Maritimes dénombrent, elles, 650 propriétaires de ruches, dont 25 professionnels. Un département qui peut s'enorgueillir de compter le meilleur apiculteur de France 2014 (lire page suivante), récompensé par le prix d'excellence, le seul de la filière, remis par Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, en décembre dernier.

           

          Ce qui inquiète l'Europe et le monde, c'est le taux de mortalité des abeilles. Les pesticides dont on parle tant, sont une des causes. L'Europe a d'ailleurs écarté l'an dernier, les néonicotinoïdes, une classe d'insecticides qui agit sur le système nerveux central des abeilles. Désorientées, elles ne retrouvent plus leur ruche. Mais d'autres maux guettent les insectes pollinisateurs.

         

          « Les abeilles vivent dans un environnement de moins en moins favorable »,a ainsi noté Karl Falkenberg, directeur général en charge de l'Environnement à la commission européenne. « La reproduction de plus de 80 % des espèces végétales dans le monde dépend pourtant d'elles, a rappelé Gaston Franco. Or, leur nombre ne cesse de diminuer. Le taux de mortalité des colonies avoisine parfois les 30 % par an, loin des 10 % considérés comme naturels. Sur le plan économique, l'impact des pollinisateurs représenterait environ 10 % du chiffre d'affaires de l'ensemble de l'agriculture au niveau mondial. »

         

          Monique Eloit, directrice générale adjointe de l'Organisation mondiale de la santé animale a énuméré les causes de mortalité, dont les pesticides, mais elle a également insisté sur le rôle néfaste des monocultures « qui appauvrissent les espèces végétales cultivées ».

         Sortant du politiquement correct, elle a également taclé les apiculteurs amateurs qui seraient responsables pour certains, selon elle, de la propagation de maladies.« La passion ne peut pas toujours pallier le manque de formation et l'absence de connaissances, en particulier celles nécessaires pour détecter les premiers symptômes de maladies ».

 

         L'Europe a décidé d'investir dans la recherche, la prévention, la création de nouvelles zones naturelles protégées dans lesquelles les pesticides seront interdits.

 

    La mobilisation est urgente. La nature n'a plus le temps d'attendre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents